Bienvenue sur le nouveau site Buisant'âne !
bandeau anne
Profitez de l'un de nos séjour Profitez de l'un de nos séjour

Florence, Gérard GABERT
497 chemin de la Contardière
Le Bois d'Oingt - 69620 VAL D'OINGT
Portable: 06 81 14 89 73
SIRET 417 513 363 000 24

Vous êtes pressés ? Consultez vite notre Plaquette !

Dernière mise à jour du site : Vendredi 23 juin 2017

Randonnée avec un âne de bât, dans le Rhône

L'histoire d'une journée de randonnée avec un âne.

Bernard et moi quittons notre maison de la Contardière, au Bois d'Oingt, vers 9 heures avec nos petits sacs à dos garnis de gourdes d'eau, le pique-nique, le plan des circuits et nos portables, par sécurité (XXIe siècle oblige !).
C'est John, l'âne gris et doux que nous avons choisi pour cette promenade.
L' âne John est, avec ses compères Rita, Séraphin et Robin, l'un des ânes de Gérard et Florence, nos voisins et nous les côtoyons tous les jours. On a droit à un petit cours sur le brossage de l'animal, la manière de l'attacher, de le bâter et de le débâter, de lui prendre les pieds et lui nettoyer les sabots.
Nous indiquons le parcours que nous avons choisi, à savoir un morceau du "circuit pédestre blanc" de Saint-Vérand, dans le Beaujolais. On trouve d'ailleurs facilement ce circuit, avec d'autres, sur Internet. Nos sacs sont chargés sur le dos de l'âne et nous voici prêts pour le départ. On descend le chemin de la Contardière et on se dirige vers la Genetière direction Saint-Laurent-d'Oingt.
Gérard fait un petit morceau de chemin avec nous, pour s'assurer que tout va bien se passer. Il nous informe qu'il ne faut pas laisser l'âne brouter l'herbe qui se trouve sur le bord des chemins, sinon il va s'arrêter constamment et on doit lui opposer un refus dès ses premières tentatives. Donc forcément, au début, il cherche avec entêtement les talus herbeux, par bravade, pour tester notre volonté. Gérard nous quitte et nous empruntons alors un chemin pentu et caillouteux qui mène au "Crêt des Femmes".

Randonnée avec un âne

Le temps est frisquet pour ce 13 août et le vent chasse les nuages noirs, annonciateurs de pluie. On se dit "tant que le vent tient, ça ira !". L'ascension se fait aisément, et l'on chemine entre les vignes et les bois. On aperçoit, au loin, Oingt, Letra, Saint-Laurent-d'Oingt, Ternand, et Saint-Vérand.
Arrivés au Crêt, deux petits cochons s'ébattent dans un pré clôturé. Curieux, ils viennent vers nous. John est sidéré ! Il n'a jamais vu cette sorte d'énergumènes. D'autant que, se prenant pour des vedettes, ils se font remarquer. Et que je te saute sur le dos, Naf Naf, et que je te pousse Nif Nif ! Il manque Nouf Nouf et le loup, mais on n'est pas dans un conte pour enfants.
John semble perplexe et légèrement rigolard. "C'est quoi, ces deux zigotos ?"
Cruellement, Bernard lui assène : "eh oui, tu vois, ce sont des cochons et avec le cochon, on fait des saucissons, comme avec les ânes d'ailleurs". Cette remarque déplacée n'a pas l'air de lui plaire. Il s'immobilise. On se sert de la badine coupée en chemin. Plaf ! Un coup délicat sur les fesses et il repart, de mauvaise grâce, ma foi ! Après la route du Collongeon, on emprunte un chemin qui monte vers Lerieux. Enfin, on arrive sur un replat et l'on s'arrête près de la table panoramique des 17 clochers. On attache John à un piquet avec la longe.
Le paysage qui s'étend devant nous s'étale sur 180° environ. Vignes, champs aux teintes vertes variées et harmonieuses et une multitude de petits villages, en pierres dorées, accrochés aux flancs des coteaux. Je n'arrive pas à les compter, car certains ne sont que des hameaux, mais en tout cas je ne suis pas en mesure de distinguer 17 clochers. Je vois bien, à l'extrême droite du site celui de Saint-Vérand, complètement à gauche celui de Létra. En fait, j'en compte environ 4 ou 5. Mais s'il est dit 17, ils doivent bien y être ! Car voyez-vous, en France, où il y a un village, il y a un clocher et certainement aussi un café, cela coule de source !
De nouveau, les nuages s'amoncèlent dans le ciel. Tiens, du coup, ça mérite bien un petit café sorti du thermos ! John se charge de piquer le premier sucre, Bernard n'a pas été assez rapide."Moi aussi, je mérite bien une récompense, amis humains !"

Randonnée avec un âne

On repart en contournant une villa blanche, on évite le Mont Jonc et l'on croise deux réservoirs d'eaux dont l'un a été tagué lors des vendanges de 2005, puisqu'il en porte encore la date.
Quelques flaques d'eau s'étendent dans ce chemin de terre et de cailloux. John est un raffiné. Il n'aime pas mouiller ses sabots. Aussi, il les évite avec précaution. Il marche sur le bas-côté et en profite pour s'alimenter avec la végétation ambiante. Puis la route devient plus raide, on traverse un bois ("Bois d'Alezan, altitude 621 mètres", indiquait le dépliant du circuit). Finalement, nous entrons dans la forêt de Brou, le chemin s'est resserré. Il y pousse beaucoup de noisetiers.
Voici un peu plus de 2 heures que nous avons pris la route et bientôt nous arrivons à la Croix de Brou, but de notre promenade et où nous avions prévu de prendre notre en-cas. On prend des photos, John s'en fout, il se délecte des plantes qui croissent à cette petite altitude et qui le changent de l'herbe habituelle de ses prés.
Nous avons bien marché, John, Bernard et moi.
On peut prendre un moment de détente et se restaurer.
On marche encore un peu pour trouver une clairière entourée d'arbres.
Enfin, voici l'endroit idéal, on attache John, on le débâte et on le brosse. Il a droit aussi à un petit morceau de pain. On s'assoit dans l'herbe et l'on commence à déjeuner : pain, jambon, saucisson et fruits. Mais voilà, John me regarde avec des yeux langoureux pendant que je déjeune.
J'ai du mal à résister à ce regard brun et je lui donne quelques croûtes. Puis je continue à manger.

Randonnée avec un âne

"Ah ! Vous mangez ! Je n'existe plus pour vous ! Vous ne me regardez même plus !" Et vlan, d'un brusque saute d'humeur, il envoie en l'air sa couverture, ses brosses et son bât que nous avions eu la malencontreuse idée de poser trop près de lui.
Nous restons à nous détendre environ ¾ d'heure et après avoir préparé John, nous repartons. Toute cette route escarpée prise à l'allée est devenue, dans le sens opposé, un chemin très raide qu'il faut descendre avec précaution. Comme nous sommes très attentifs à l'endroit où nous posons nos pieds, John en profite pour souvent faire halte et couper l'herbe des talus. Les chardons ont sa préférence, bien sur.
Finalement, nous rentrons par la Croix le Pin, sans passer par le Bois de la Flachère. Nous rendons John à ses propriétaires, il est 5 heures de l'après-midi et cette première balade avec un âne, ce premier contact, nous ont permis de passer une journée formidable avec de nouvelles sensations et aussi une bonne leçon: un animal doit être respecté dans sa façon d'être, on ne peut pas l'obliger ou le transformer à notre guise.
Il faut savoir être sérieux quand on veut se promener avec un âne, car ce n'est pas un animal en peluche, mais quelqu'un de vivant.
AU REVOIR JOHN ! A LA PROCHAINE BALADE.

Histoire et Texte de Michelle
Photos de Bernard T. Copyright © 2006

L'histoire d'une journée de randonnée avec un âne.
Buisant'âne Copyright © 2005 - 2017 Droits de reproduction et de diffusion réservés. Mentions légales
Nos partenaires
Web-baco Bastien Girardot Le Bois d'Oingt