Bienvenue sur le nouveau site Buisant'âne !
bandeau anne
Profitez de l'un de nos séjour Profitez de l'un de nos séjour

Florence, Gérard GABERT
497 chemin de la Contardière
Le Bois d'Oingt - 69620 VAL D'OINGT
Portable: 06 81 14 89 73
SIRET 417 513 363 000 24

Vous êtes pressés ? Consultez vite notre Plaquette !

Dernière mise à jour du site : Mardi 25 juillet 2017

Une randonnée avec des ânes

Une histoire de randonnée avec des ânes de bât, en famille avec des enfants.

Notre première expérience date de l’année dernière à la même époque. Mon mari, Stéphane, chevronné randonneur dans sa jeunesse, veut nous transmettre le virus de la randonnée. Pour nous convaincre moi et nos 3 aînées Léa ( 8 ½ ans), Morgane (7 ½ ans) et Emma (2 ½ ans) l’idée est de partir randonner avec des ânes.
Et nous voici partis 2 jours avec 3 ânes, SERAPHIN et PRUNE. Nous avons fait un relais le 1er soir en table d’hôte à Ste Paule chez Marie et Jean-Roland PRADEL. Gérard et Florence avaient pris soin de nous monter notre matériel de couchage et nous avions dormi sous la tente dans un pré après un copieux et délicieux repas préparé par Marie arrosé du vin du domaine de JR. L’expérience fut superbe ! C’est sûr ! l’année prochaine, s’était-on dit, nous repartirons avec le petit dernier.

Pays Beaujolais

Nous y voilà. Cette année nous préparons notre rando 1 à 2 mois à l’avance. Stéphane repère et cherche des parcours sympa en VTT.
Le parcours repéré, nous retournons voir Florence et Gérard pour leur faire part de notre projet: Partir 2 jours avec nos 4 enfants (qui ont cette année 9 ½, 8 ½, 3 ½,et 2 ans), 3 ânes et toute l’intendance car cette fois pas de couvert en gîte et nous porterons avec nous tout notre attirail de couchage et notre nourriture pour les 2 jours. Gérard et Florence nous rejoindront au bivouac pour apporter eau, nourriture et clôture pour les ânes.
Tout est prêt (vêtements, couchage, nourriture, pharmacie). Les enfante (petits et grands) ont chacun un sac avec leur doudou, leur gourde, des barres de céréales et pâtes de fruits (à grignoter quand bon leur semble), une ou deux petites voitures et un livre, une casquette et une paire de lunettes. Sans oublier un appareil photo que nous confions aux grandes pour prendre les photos qu’elles veulent. Le jour J arrive. Le soleil est au rendez-vous. On ne pouvait pas espérer mieux. Nous arrivons avec nos 6 sacoches pleines chez Gérard et Florence (nous les avions chargées et réparties à la maison).

Nous partagerons cette aventure avec SERAPHIN, PRUNE et MAYA qui sont 2 grandes copines paraît-il !
Pour commencer petit cours de remise en mémoire sur les ânes : brossage, bâtage, débâtage, curage de sabots… C’est bon notre mémoire ne nous a pas fait défaut. Les gestes nous reviennent sans problème : comme si c’était hier !
Le départ s’annonce. Le petit dernier, Arthur, ne réclame qu’une chose depuis 1 semaine: « monter n ânes ». Les 2 grandes prennent en charge Maya. Elles ont pour responsabilité de la mener pendant les 2 jours. Nous campons Emma et Arthur sur Séraphin et Prune. Le voyage commence…
Nous cheminons successivement sur des sentiers étroits bordés de genets, de fleurs sauvages, de bosquets divers, sous des arcades de végétations. Nous continuons à travers vignes, où les feuilles naissantes colorent doucement ces grandes étendues, au bout desquelles nous attend une forêt de feuillus ombragée et inondée de lumière où la végétation se fait moins dense.
Ces paysages magnifiques nous emplissent d’émerveillement et enflent nos souvenirs.
Tantôt dans les vallées encaissées luxuriantes puis au crêt des monts où nous dominons le paysage qui s’étend à perte de vue. Et là un sentiment de plénitude et de satisfaction : « Regarde où nous étions tout à l’heure ! tout là-bas ! »
Nous félicitons nos ânes qui vaillamment portent nos lourds bagages. Des caresses, des câlins et des bisous sont distribués tout au long du chemin, ainsi que des mots d’encouragements et de félicitations. Chacun a pris maintenant ses marques avec son âne respectif.
A midi nous nous octroyons une longue pause au château d’eau à l’ombre d’un chêne. Nous débattons nos ânes, les brossons et les laissons se restaurer eux-aussi.
Les enfants sortent leurs voitures, gambadent dans les herbes hautes. Quel plaisir de se dégourdir les jambes. Les deux petits ont été très concentrés sur leurs ânes et se sont bien tenus.
Nous avons prévus des écharpes de portage pour eux pour les moments de sieste et de somnolence.
L’après-midi nous repartons toujours sous un doux soleil et un vent frais très agréable. Nous traversons la forêt de Brou. Une marche tranquille, ponctuée de pauses répétées lorsque la végétation se fait appétissante, nous conduit au lieu de notre bivouac. C’est un lieu magique : une petite clairière clairsemée d’arbres, au milieu d’une forêt de sapins. Un tapis moussu accueillera notre tente, et un large enclos pourra être installé pour garder nos ânes pendant la nuit. La fatigue se fait sentir et nous sommes contents de faire halte. Nous avons parcouru 10,5km . Les 2 grandes ont marché toute la journée. Nos ânes ont mérité qu’on s’occupe bien d’eux. Nous sommes en train de les brosser lorsque Gérard arrive avec leur eau, leur nourriture et l’enclos. Pendant que les hommes l’installent, les enfants et moi nous accordons une petite douche de pieds à l’eau fraîche. Quel plaisir !
Après ça il est temps d’installer le campement et d’envisager le repas. La soirée se passe paisiblement. Une température doucereuse nous en fait profiter agréablement. A 21h30 : extinction des paupières !
Réveil matinal à 7h. Chacun émerge à son rythme.
1-2-3 : tous nos ânes sont là !
1-2-3 soleil ; lui aussi est encore là !
Un bon petit déjeuner puis s’ensuit la levée du camp : un vrai déménagement.
Gérard et Florence arrivent comme convenu vers 9h30 pour déparquer les ânes et les nourrir avant le départ. Nous levons le camp à 10h30 !!
Les premiers km sont un peu difficiles: rocailles et descentes; les ânes n’apprécient pas vraiment. Heureusement cela ne dure pas longtemps. Nous ne marchons Qu’ 1h30 avant la pause repas. Nous avions convenu à l’avance de déjeuner à la chapelle de la Salette (Létra) : site magnifique qui surplombe la vallée.
A la fin du repas, notre puce Emma, 3 ½ ans, se volatilise subrepticement. Et là une belle scène de complicité s’offre à nous : nous la découvrons en tête à tête avec MAYA à qui elle offre poignées d’herbes hautes entrecoupées de baisers et de caresses sur le museau. C’est sûr MAYA n’aura pas de fringale cet après-midi !
On repart la route est encore longue avant l’arrivée.
En cette de période de digestion, la route raide et rocailleuse à travers les vignes ne semble pas convenir à nos amis les ânes !! Ils s’arrêtent toutes les 30s ! Mais la persévérance et la patience sont de mises. Un peu de dérision et d’humour font avancer tout le monde : « Hue Cannabis ! Tu n’avances pas beaucoup Cannabis ! »
Enfin nous voici au crêt de la montagne ; Maintenant c’est promis il n’y aura plus de raidillons. Les paysages défilent et ne se ressemblent pas . Nous apercevons la chapelle de Ste Paule en face sur la colline, Oingt… plus tard nous longeons de grands prés verdoyants où pâturent quelques vaches. Léa et morgane commencent à ressentir la fatigue. SERAPHIN sera leur salut. Il les portera tour à tour sur les 4 derniers kilomètres. Encore une dernière pause pour recharger les batteries. Il n’est pas loin de 18h. Nous repartons le ventre plein et le baume au cœur. Bientôt Stéphane nous montre du doigt une maison par delà les prés et les arbres « à midi » : C’est la maison de Gérard et Florence. Allez PRUNE, allez SERAPHIN, allez MAYA on arrive bientôt à la maison ! Courage.
D’un coup nos jambes se font plus légères, on ne ressent plus ni courbatures ni autres douleurs, des ailes semblent nous pousser. Même MAYA qui a toujours fait la route à la traîne du convoi, nous bluffe en doublant PRUNE puis SERAPHIN sur le dernier kilomètre !
Gérard et Florence nous ont entendus arriver, ils sortent nous attendre. OUF ! leurs ânes vont bien !!
Les au-revoir avec les 3 compères sont proches. Nous les débattons, les enfants (même Arthur) les brossent.
MERCI à tous les trois pour votre aide et votre compagnie.
Nous sommes épuisés mais ravis.Et si nous repartions 3 jours l’année prochaine ?…
PS : L’âne en peluche Qu’Arthur avait reçu pour ses 2 ans s’appelle depuis Séraphin. Et il nous parle souvent de Maya et Prune.
Texte - Copyright © 2008 Pays Beaujolais
Une histoire de randonnée avec des ânes de bât, en famille avec des enfants. Les photos
Buisant'âne Copyright © 2005 - 2017 Droits de reproduction et de diffusion réservés. Mentions légales
Nos partenaires
Web-baco Bastien Girardot Le Bois d'Oingt