Bienvenue sur le nouveau site Buisant'âne !
bandeau anne
Profitez de l'un de nos séjour Roulotte

Florence, Gérard GABERT
497 chemin de la Contardière
Le Bois d'Oingt - 69620 VAL D'OINGT
Portable: 06 81 14 89 73
SIRET 417 513 363 000 24

Vous êtes pressés ? Consultez vite notre Plaquette !

Dernière mise à jour du site : Mercredi 24 mai 2017

PARIS, le BOIS D'OINGT

Paris, le Bois d' Oingt ou Paris le Beaujolais, une randonnée avec l'âne Prince.

Avant de passer la cinquantaine, elle décida de lui de lui fêter ses 49 ans et demi...
C'était donc une surprise.
Le premier jour, après 4 heures de route depuis Paris, nous arrivâmes au pays du Bois d'Oingt. Encore la tête dans le boulot je n'ai même pas remarqué les panneaux indiquant " Buisant âne ".
Le premier jour, après 4 heures de route depuis Paris, nous arrivâmes au pays du Bois d'Oingt. Encore la tête dans le boulot je n'ai même pas remarqué les panneaux indiquant "Buisant'âne".
C'est en montant la route de la Contardière que j'aperçois les ânes.
Là je comprends que je vais passer un weekend auprès d'ânes, mais je ne sais toujours pas ce qui va se dérouler.
Je gare la voiture et nous pénétrons dans la maison de Florence et Gérard.

L'âne Séraphin

Florence est en train de préparer le repas, son accueil est tout de suite chaleureux. Petites présentations, Claire, Didier et Florence … Gérard est dans le pré aux ânes. Il faut dire que la bande d'ânes avait décidé la veille de faire un tour en ville…à 2h du matin ! Les gendarmes en rient encore … Florence se serait bien passé d'une escapade en pyjama à 2h du matin.
Le premier incident : C'est Claire qui le commet. Florence nous montre la chambre et nous demande ce que l'on veut faire : aller voir les ânes, nous installer dans la chambre … et là Claire lui dit: "... cela dépend de votre planning "
Ouh la la la, je vois tout de suite dans le regard de Florence… elle nous répond gentiment avec un petit sourire indulgent "oh ! nous ici, on n'a pas de planning !" en pensant encore des parisiens pas stressés du tout !
Nous allons voir les ânes. Qu'ils sont beaux et affectueux. Ils viennent tout de suite nous voir. J'en caresse un, puis un autre vient directement réclamer. Nous sommes entourés par les ânes tandis que Florence nous explique les ânes, leurs caractères, leurs intelligences…mais je vous en reparlerai de leur caractère lors du récit des jours suivants.
Gérard nous rejoint, avec lui aussi, nous voyons tout de suite qu'il a déchiré les calendriers et toute idée de planning.
Florence nous propose d'aller faire une petite balade (4km autour de la maison avec un topo qu'elle nous donne)
Ayant passé le premier test, nous dinons tous les quatre dehors après la balade. Et oui, nous avons réussis à regagner la Contardière sans nous perdre. Cela a du rassurer Florence.
Amis des ânes, méfiez vous du pot lyonnais … je n'ai pu que constater un très fort phénomène d'évaporation du rosé ou du rouge qu'il contient.La nuit fut douce et réparatrice.

L'âne Séraphin

Le deuxième jour, nous rentrons dans le vif du sujet. Nous avalons le petit déjeuner et Florence nous présente le topo de la randonnée. Je prends des notes…encore un reflexe de parisien…le topo de Florence est très bien fait !
Il nous faut maintenant choisir notre compagnon à grandes oreilles pour la randonnée. Un grand âne gris est près de l'écurie. Il s'agit de Prince. Il a visiblement envie de se balader.
Et nous voila partis.
Nous commençons par la forêt… Puis traversée des villages. Faisons la pose pour le pique nique. La balade se poursuit dans les chemins Prince n'aime pas trop les montées. Curieusement il a faim lorsque le chemin monte et jamais quand il descend.
Pour être honnête, cela nous arrange bien aussi de faire des petites pauses dans les côtes.
Nous attaquons la dernière partie dans les vignes pour rejoindre Jean-Roland et Marie, nos hôtes pour cette seconde nuit.
Apres la traversé du village de Saint Paule, où j'évitais le drame de justesse... Prince voulait s'attaquer à une jardinière de Géranium, nous croisons Jean-Roland qui nous indique que nous sommes arrivés dans 300 mètres.
J'apprendrais lors de la soirée que les Géraniums de la mairie ont été plantés par Marie. Je ne me vois pas du tout au moment de reprendre de la très bonne poule au pot de Marie, lui annoncer que j'ai laissé Prince les "bouloter".
Jean-Roland, le vigneron, nous accueille. Tout de suite sympa, pas volubile, je sens que je vais m'entendre avec lui. (Petit détail, mesdames, il ne lui manque que la moustache pour ressembler à Magnum)
Marie nous montre la chambre, c'est la chambre de blanche neige et des sept nains…nous sommes dans le gite pour les vendangeurs.
Jean-Roland réapparait : "On se retrouve au caveau quand vous voulez"
Je vais enfin savoir si ce sont les pots lyonnais de Florence et Gérard ou le vin de Jean-Roland qui est responsable de l'évaporation du breuvage de la veille...

L'âne Séraphin

La douche est réparatrice et surtout nous quittons les chaussures de rando… L'escalier qui descend au caveau est raide...
Je dois présenter mes excuses à Florence et Gérard, cela ne venait pas des pots lyonnais… l'évaporation est une constante sur tous les millésimes… le 2009, le 2010… le rouge, le rosé et même sur celui vieilli en fût de chêne.
Jean-Roland invite Eliane, une jeune dame de 78 ans à qui je aurais à peine donné 60 ans à se joindre au diner avec nous, ... il faut dire qu'elle était venue chercher son élixir de jouvence… deux cartons de 2010.
Nous remontons à la maison, j'ai tiré Prince toute la journée dans les chemins, je regarde Claire… non elle arrive à monter... mais elle me glisse à l'oreille... "il faut que je mange !"
Cela tombe bien, Marie a tout préparé… salade, une poule au pot, fromage et un clafouti aux cerises du beaujolais...
La soirée se passe autour de la table et des verres… Jean-Roland et Marie sont très intéressants et ouverts. Nous échangeons sur nos vies. Je n'avais jamais aimé le beaujolais nouveau mais c'est décidé, je n'en boirai plus. Cela fait beaucoup trop de tort à de vrais vignerons comme Jean-Roland qui produit, lui, du Vin !
Nous descendons nous coucher avec les sept nains. Il faut vite que je m'endorme, car avec le diner, je sais que je vais ronfler... et cela risquerait de m'empêcher de dormir.
Le troisième jour, commence par le petit déjeuner, Jean-Roland est même allé chercher des croissants, il fait beau, la journée va être belle.
Prince remonte le champ dès qu'il me voit arriver. Je suis allé tout seul, un peu par fierté, "je vais préparer mon âne tout seul". En avançant vers lui je comprends que cela n'aura rien d'héroïque, Prince ne demande qu'une chose: que je le prépare pour partir.
Chez Jean-Roland, je lui fais les pieds et nous le préparons pour le départ.
La seconde partie de la randonnée est encore plus belle que la première. Des chemins dans les vignes et des forêts sous le soleil.
Un pique nique avec une vue imprenable sur les vignes, juste troublé par un problème dans une chaussure de Claire...
Le drame. Nous touchions au but prêt à regagner Buisant'âne, permettre à Prince de retrouver ses compagnons, remercier Florence et Gérard… et non je ne suis pas arrivé à reprendre ma vie, enfin complètement ma vie.
Ces deux jours ont changé ma vie, je garde des séquelles, putain de vie parisienne... Paris.. Paris.
Un grand merci à Florence, Marie, Gérard et Jean-Roland... Une caresse à Prince.

Copyright © Photos et texte de: Claire et Didier / Paris, le Bois d'Oingt

L'âne Séraphin
Destination Paris, le Beaujolais pour un week-end, Paris
Buisant'âne Copyright © 2005 - 2017 Droits de reproduction et de diffusion réservés. Mentions légales
Nos partenaires
Web-baco Bastien Girardot Le Bois d'Oingt